La nocivité du bruit

Mise à jour : 
septembre 2006

Elle est liée aux :

Caractères du bruit

la qualité du bruit (les hautes fréquences sont plus difficilement supportables que les basses fréquences) ;

la pureté (un son pur de grande intensité est plus traumatisant pour l'oreille interne qu'un bruit à large spectre) ;

  • l'intensité (seuil de douleur : 120 dB, au delà duquel les tympans peuvent subir des lésions importantes / brutales (phénomène de blast)) ;
  • l'émergence et le rythme du bruit (un bruit impulsionnel ayant un caractère soudain et imprévisible est plus nocif qu'un bruit stable et continu) ;
  • la durée d'exposition (pour une même ambiance sonore, plus la durée d'exposition est élevée plus les lésions auditives de l'oreille interne seront considérables) ;
  • l'association avec les vibrations (l'exposition au bruit industriel associée aux vibrations aggrave le traumatisme sonore chronique).

Facteurs individuels et état fonctionnel

  • l'âge : la fragilité cochléaire au bruit s'accroît avec l'âge ; elle devient plus marquée au-delà de 50 ans (presbyacousie) ; 
  • la susceptibilité individuelle ; 
  • la fragilisation antérieure de l'oreille : elle peut être provoquée par des affections de nature microbienne ou virale, traumatique, toxique (ototoxiques médicamenteux ou industriels) ou être héréditaire (hypoacousie familiale).